Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > Nos séminaires > Séminaire MIO : Mohamed JEBBAR - Thermococcales à l’ère de la génomique : (...)

Séminaire MIO : Mohamed JEBBAR - Thermococcales à l’ère de la génomique : diversité, physiologie, applications et adaptation aux conditions des sources hydrothermales océaniques profondes

Version imprimable de cet article

Le 9 Janvier 2018 de 11 à 12h dans l’amphithêatre

Résumé :

Au cours des 40 dernières années, des chercheurs de plusieurs pays ont exploré des environnements des sources hydrothermales océaniques profondes autour du le monde et étudié un certain nombre de microorganismes, leurs propriétés métaboliques et physiologiques ainsi que leur grande diversité phylogénétique.
Lessources hydrothermales océaniques profondes sont caractérisées par de grandes fluctuations de salinité (0,1-6%), de température (2-407°C), de pH (1-8) et de pression hydrostatique (jusqu’ à 60 MPa). Par conséquent, on s’attend à ce que les communautés archéennes et bactériennes qui prolifèrent dans ces environnements comprennent de nombreux écotypes et physiotypes.
Parmi les Archées hyperthermophiles, on retrouve les membres de l’ordre des Thermococcales, qui est en fait représenté par trois genres : Pyrococcus, Thermococcus et Palaeococcus.
La plupart des espèces de Thermococcales sont des hyperthermophiles organotrophes anaérobies obligatoires qui préfèrent utiliser des substrats complexes comme les protéines et les hydrates de carbone (préférentiellement oligo et polysaccharides) comme sources de carbone et d’énergie. Le soufre élémentaire est nécessaire dans certains cas pour la croissance et est utilisé comme accepteur d’électrons pour éliminer les produits réduits pendant la fermentation. Si les membres de Thermococcales peuvent servir non seulement d’hétérotrophes obligatoires, mais aussi de carboxydotrophes facultatifs et d’organismes utilisant le formate dans les communautés microbiennes in situ, le rôle écologique des populations de Thermococcales prédominantes devrait être réexaminé. La plupart des Thermococcales isolés sont intrinsèquement adaptés aux conditions extrêmes de leur environnement (c. -à-d. haute pression, basse à haute température, pH faible à élevé, anaérobie à aérobiose). L’accent est mis sur les progrès récents accomplis dans la compréhension de la biodiversité, des génomes, des transcriptomes et des applications biotechnologiques des Thermococcales à l’ère de la génomique.