Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > Actualités - Evènements > Méduses, vous avez dit méduses ?

Méduses, vous avez dit méduses ?

Version imprimable de cet article

Cette chronique mensuelle illustre une activité du "BOSS" (Banyuls Observation Sea Service) qui épie et ausculte sans relâche le milieu marin et plus particulièrement la Méditerranée. Dans la première quinzaine de janvier, le BOSS a observé dans la baie de Banyuls un important bloom de Pelagia Noctiluca dont un spécimen a été pris en photo par le plongeur du service Bruno Hesse. Ces blooms hivernaux sont fréquents pour cette espèce particulièrement urticante bien connue des baigneurs méditerranéens.

Le BOSS fait parti d’un programme européen de surveillance des blooms de méduses sur toute la Méditerranée et porté par le CIESM (Commission Internationale pour l’Exploration Scientifique de la Méditerranée). Ce programme, le "Jellywatch", a pour but de mettre en évidence des évènements qui représentent une nuisance pour les nageurs et dans le cas de certaines espèces, peuvent constituer un réel danger pour la santé. Ils sont considérés par les pêcheurs comme une réelle nuisance car les blooms peuvent obstruer les filets, éloignent les poissons et consomment les larves de poissons.

Au cours des dernières années, un certain nombre de systèmes de refroidissement marins industriels ont dû être temporairement mis hors service, car les gelées (blooms de méduses) obstruaient les conduites sous-marines. Les impacts socio-économiques qui en résultent - tant directs (tourisme), qu’indirects (développement côtier, pêche), sont donc tangibles.

Du point de vue de l’écosystème, l’augmentation apparente et la synchronie des blooms de méduses dans les bassins méditerranéens occidentaux et orientaux, envoient des signaux d’alarme d’un changement notable et doivent être compris au plus vite. La raréfaction des prédateurs des méduses (grands poissons pélagiques comme les thons etc.) et de leurs compétiteurs (sardines, anchois...) mais aussi l’augmentation des espaces favorables à la croissance des larves de méduses font partie, avec le changement climatique, des facteurs qui pourraient expliquer ces proliférations.

Après une phase de test pilote réussie impliquant quelques pays, un protocole commun standardisé comprenant un enregistrement systématique des données de présence / absence, a été adopté pour l’observation côtière et en haute mer, des essaims de méduses dans l’ensemble du bassin.

Auteurs

Eric Maria, Renaud Vuillemin, Laurent Zudaire, Paul Labatut, Pascal Conan.

Remerciements à tous les intervenants du service d’observation (Olivier C., Jocelyne C., Jean-Michel A., David P., Christophe S.), ainsi qu’aux marins et plongeurs de la station.

Voir en ligne : http://extranet.obs-banyuls.fr/inde...