Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > La Recherche ailleurs > Hygiène et sécurité de l’Université de Toulon La Garde : les assistants de (...)

Hygiène et sécurité de l’Université de Toulon La Garde : les assistants de prévention veillent à votre environnement de travail

Version imprimable de cet article

L’Assistant de Prévention est le référent des personnels de l’UTLN concernant les risques et la santé au travail, celui qui va repérer les problèmes et proposer des solutions concrètes à son chef de service.

Depuis 2014, les correspondants de sécurité se sont structurés en un réseau d’Assistants de Prévention (AP) répartis au sein des différents services de l’Université de Toulon, sur chacun des trois campus. Leur rôle ? Prévenir les dangers susceptibles de compromettre la santé et la sécurité des usagers, qu’ils soient étudiants, enseignants-chercheurs ou personnels.

« Nous repérons les risques présents et proposons des actions correctives avec un échéancier et une évaluation des coûts », relève Catherine Jarnias, Ingénieure de prévention des risques.

Cela passe notamment par la mise en place de formations spécifiques à la sécurité, l’achat de matériels, la sensibilisation des nouveaux personnels à la prévention des risques. Les AP ont récemment contribué, dans les laboratoires, à l’installation de détecteurs de gaz et l’affichage sur les portes des laboratoires d’un listing des produits chimiques utilisés.

« Les pompiers nous ont indiqué que cela leur permettra de mieux évaluer les risques et d’adapter leur intervention », explique Laetitia Donato, assistante de prévention du laboratoire IM2NP.

Un petit détail qui pourrait faire toute la différence.

Placés sous la responsabilité d’un directeur qu’ils conseillent et assistent, les AP exercent leur mission en supplément de la charge inhérente à leur poste de travail. Un investissement qui demande autant de disponibilité que de bienveillance.

« Notre rôle, c’est aussi de mettre du lien - sans prendre parti - entre les personnels afin de désamorcer les conflits, souligne encore Laetitia Donato. De porter une oreille attentive aux difficultés qui pourraient être rencontrées par un agent dans son environnement de travail afin de pouvoir l’adapter en fonction de ses aptitudes ».

Difficulté à se concentrer en open space ou besoin d’un fauteuil ergonomique par exemple. Des registres de santé et de sécurité au travail (RSST), disponibles en libre-service dans chaque bâtiment, permettent également aux personnels et étudiants de signaler auprès des AP les risques et problèmes identifiés. Les suggestions et actions correctives seront ensuite présentées lors des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Les AP sont associés à la mise en place d’une politique de prévention des risques. Comme lors de l’élaboration du plan particulier de mise en sécurité (PPMS) du campus de La Garde et du projet Fast de rénovation de l’UFR Sciences et techniques.

« Nous avons été impliqués dans la configuration des locaux et dans l’aménagement des salles, indique Catherine Jarnias. Nous avons tenu à la présence de vestiaires, d’armoires de stockage des produits chimiques et de déchets, facilement accessibles. C’est la première fois que nous sommes autant impliqués aux côtés des personnels, des enseignants et de la direction des services techniques. »

Le réseau comprend actuellement 25 assistants de prévention ; une douzaine de postes est encore à pourvoir.