Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > La Recherche ailleurs > L’ANR publie son Plan d’action 2019

L’ANR publie son Plan d’action 2019

Version imprimable de cet article

L’ANR vient de publier son Plan d’action 2019. Il donne une visibilité générale de l’offre de financement de l’agence pour l’année à venir.

Il s’inscrit dans le cadre des orientations définies dans la Stratégie nationale de recherche (SNR) et des initiatives européennes de financement de la recherche. Pour élaborer ce plan 2019, l’ANR s’est appuyée sur des comités de pilotage associant l’ensemble des représentants du ministère chargé de la Recherche, de l’ANR, des autres ministères, des Alliances de recherche, du CNRS, de la Conférence des Présidents d’Université (CPU), de la recherche privée et des pôles de compétitivité.

Clarifier les contours de sa programmation

Afin de clarifier les contours de sa programmation, l’ANR a intégré au sein du Plan d’action 2019, les priorités stratégiques de l’État et celles liées aux plans nationaux qui visent à accroître les efforts de recherche sur certaines thématiques pour répondre aux enjeux scientifiques et sociétaux actuels. Ces priorités concernent : l’intelligence artificielle ; les sciences humaines et sociales (SHS) ; les technologies quantiques ; l’antibiorésistance ; l’autisme au sein des troubles du neurodéveloppement ; la recherche translationnelle sur les maladies rares.

Aux côtés des établissements de recherche, l’ANR réaffirme dans ce plan ses engagements en faveur de :

- la promotion d’une culture de recherche intègre,
- la prise en compte systématique de la dimension sexe et/ou genre,
- l’application du Protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques ;
- l’ouverture des données de recherche, dans le cadre de la politique de science ouverte.

Appel à projets générique 2019

Une des quatre composantes du Plan d’action 2019 et principal appel de l’ANR, l’appel à projets générique (AAPG) a été simplifié pour une meilleure identification disciplinaire. Il mobilise quatre instruments qui permettent de financer des projets de recherche individuelle portés par des jeunes chercheuses ou des jeunes chercheurs (JCJC), des projets de recherche collaborative entre entités publiques dans un contexte national (PRC) ou international (PRCI), et entre entités publiques et privées pouvant présenter une ouverture vers le monde de l’entreprise (PRCE).

Les périmètres de chacun des axes de recherche structurant l’AAPG ont été redéfinis et clairement explicités. Ces axes sont désormais regroupés par grands domaines, pour permettre aux coordinateurs d’identifier plus facilement l’axe scientifique associé au domaine et/ou aux enjeux transverses (transdisciplinaires ou interdisciplinaires) concernés par leur projet.

35 axes de recherche sont ainsi présentés au sein de sept domaines disciplinaires, correspondant aux champs des Alliances nationales (environnement, énergie et matériaux, numérique, sciences de la vie, sciences humaines et sociales), aux mathématiques, et à la physique dans toutes ses composantes.

13 axes de recherche correspondent à des enjeux transverses, situés à la croisée de plusieurs secteurs scientifiques.

Voir en ligne : http://www.agence-nationale-recherc...