Institut Méditerranéen d’Océanologie

Articles de cette rubrique

Circulation côtière

L’équipe OPLC contribue à la mission d’observation du MIO via plusieurs projets d’installation de sites d’observation en temps réel de la circulation océanique côtière à l’aide du dispositif RADAR HF dans le cadre du projet MOOSE d’observatoire multi-site pérenne de la Méditerranée nord-occidentale. Ce type de réseau d’observation répond à la demande sociétale actuelle de développement d’outils pour identifier, suivre et prévoir les effets (à court comme à long terme) des activités anthropiques (changement climatique, pollution) sur le milieu marin. La courantologie par RADAR HF présente dans ce contexte un potentiel remarquable car permettant une couverture synoptique ( 80X80 km à 3-5 km de résolution), tout temps et à haute fréquence d’acquisition (une carte par heure typiquement) des courants de surface ( 0,5-1m).

Le principe de la mesure repose sur l’effet Doppler supplémentaire créé par les courants sur la vitesse intrinsèque des vagues captées par les radars (vagues dites de Bragg, de longueur d’onde moitié de celle du radar et à propagation radiale, parallèle à l’axe d’observation). Un radar balaie selon l’angle d’azimut la mer devant lui et détermine les composantes du courant relatives à des cellules horizontales contiguës disposées le long de chaque azimut. Deux radars séparés visant la même zone sous des angles différents collectent donc les informations nécessaires pour établir des cartes vectorielles de courant à partir de la combinaison des deux composantes radiales.

Du point de vue scientifique, ces mesures permettent de caractériser la réponse rapide de la circulation côtière aux forçages du vent et de la circulation proche hauturière (courant de talus continental) qui jouent jouent un rôle déterminant dans la dispersion/rétention des polluants, des espèces planctoniques (éventuellement toxiques), et/ou de larves, et plus généralement dans les échanges côte-large.

Le suivi temps-réel des courants de surface sur une large zone couvrant les zones côtières à proche hauturière est aussi essentiel pour la gestion des situations de crises (recherche et sauvetage, pollutions...) comme en terme d’applications environnementales (pullulation et échouage de méduses urticantes, suivi des macro-déchets...), voire l’aide à la navigation de plaisance. De fait, cette technologie est maintenant « sortie » des laboratoires de développement, et aussi du strict domaine de la recherche scientifique, pour participer à la surveillance environnementale en général.

Le premier des sites d’observation par courantologie RADAR HF de MOOSE cible la zone au large de Toulon (site Toulon/ANTARES), zone clef conditionnant le comportement du Courant Nord méditerranéen en aval du golfe du Lion et, de fait, une grande partie des échanges côte/large à l’accord du plateau. L’installation et la mise en opération de ce premier site sont maintenant finalisées et les données temps-réel et différé sont accessibles via un service web dédié. L’élargissement de l’observation RADRA HF à l’ensemble de la façade a débuté avec l’implémentation d’un site dans la zone Ligure (couvrant le site DYFAMED/BOUSSOLE) qui est en cours et devrait être complétée fin 2013.